WEB & TECH

Covidliste, ViteMaDose, deux applis pour ne plus gâcher de doses

Quand l’Etat n’est pas au niveau, la société civile prend le relai. Ces derniers jours, deux nouveaux outils numériques ont vu le jour pour faciliter la vaccination. Le premier, ViteMaDose, permet aux Français éligibles de détecter les rendez-vous disponibles dans leur département afin de se faire vacciner plus rapidement, parfois même dans la journée. Le second, Covidliste, lutte contre le gaspillage des doses inutilisées : sa plateforme permet à n’importe qui de bénéficier, à la dernière minute, d’une dose qui allait être jetée.

Lire aussi : Covid-19: début de la production des premiers vaccins made in France

ViteMaDose, trouver sa dose vite et près de chez soi

Développé par l’ingénieur Guillaume Rozier et son armée de bénévoles, ViteMaDose est le dernier né d’une galaxie d »une dizaine d’outils liés à la Covid-19, dont les indispensables Covid Tracker et Vaccin Tracker, qui suivent l’évolution de l’épidémie et de la vaccination grâce aux données fournies en open data par Santé Publique France.

« L’objectif de ViteMaDose est de mettre en relation les centres de vaccination avec les personnes qui sont éligibles à la vaccination qui souhaitent être vaccinées le plus rapidement possible, présente Guillaume Rozier. Nos algorithmes vont parcourir les plateformes de réservation de rendez-vous médicaux comme Doctolib, Maaia ou KelDoc, détecter les rendez-vous disponibles, et les afficher sur ViteMaDose à l’utilisateur. Celui-ci peut ainsi visualiser d’un seul coup tous les rendez-vous disponibles dans son département, et réserver le créneau qui lui convient ».

A ce jour, ViteMaDose « scanne » plus de 3.000 centres de vaccination en France. Selon Guillaume Rozier, au moins 10% d’entre eux ont des rendez-vous disponible chaque jour. Comme pour les autres outils de la galaxie Covid Tracker, ViteMaDose ne collecte aucune donnée personnelle et ne requient aucune inscription, puisqu’il s’agit d’un « scrapping » de tous les rendez-vous médicaux disponibles pour la vaccination, y compris, donc ceux qui sont annulés au dernier moment par les patients, et qui peuvent donc trouver plus facilement un remplaçant.

Lire aussi : Course aux vaccins : les raisons du retard de la France

Covidliste, la vaccination pour tous pour ne plus jeter une seule dose

Le deuxième outil, Covidliste, va encore plus loin. Destinée à l’ensemble de la population, donc pas seulement ceux qui sont officiellement autorisés à se faire vacciner, cette plateforme permet d’être alerté par SMS lorsqu’une dose de vaccin est disponible près de chez soi.

« Certains vaccins (comme Pfizer/BioNTech) administrés dans des centres de vaccination nécessitent de respecter une chaîne logistique complexe. Lorsqu’un patient rate un rendez-vous, le flacon déjà ouvert doit être consommé rapidement. Covidliste permet de faciliter l’accès à une liste de volontaires pour les centres de vaccination », est-il indiqué sur le site de Covidliste.

Le site répond effectivement à un vrai besoin : d’après plusieurs médias, au moins 1.200 doses de vaccin n’ont pas été inoculées comme prévu le week-end des 3 et 4 avril, en raison de « centaines de rendez-vous annulés », notamment à cause de la méfiance suscitée par AstraZeneca et même Moderna, que de nombreux Français confondent avec AstraZaneca. La ville de Calais a même alerté les médias, ce samedi, car il lui restait 550 doses d’AstraZeneca à écouler dans les prochains jours, pour seulement 70 rendez-vous pris, et alors que le vaccin se concerve seulement 48 heures.

Le 6 avril à 19h, plus de 350.000 volontaires s’étaient déjà inscrits sur Covidliste dans l’espoir de recevoir une dose perdue. Puisque le site fonctionne sur la géolocalisation, Covidliste collecte des données personnelles, mais il les transmet uniquement aux centres de vaccinations partenaires si l’utilisateur a donné son consentement, d’après les conditions d’utilisation. L’appli a été développée par deux data scientists, Martin Daniel et Mathieu Ripert, en collaboration avec le Dr Antoine ROux de l’hôpital Foch de Suresnes.

Lire aussi : Vaccins : AstraZeneca englué dans les crises




Lire l’article au complet sur www.latribune.fr