WEB & TECH

La start-up Wind my Roof, prête à déployer ses éoliennes cubiques sur les toitures

Exploiter le vent présent au cœur des villes pour produire de l’électricité au plus proche des besoins de consommation afin de limiter les déperditions lors du transport. Plusieurs entreprises s’y sont déjà risquées, mais peu sont parvenues à tirer leur épingle du jeu, à l’image de New Wind, l’inventeur de l’arbre à vent, placé en liquidation judiciaire en 2017.

D’autres ont misé sur le déploiement de petites éoliennes verticales installées sur le toit des bâtiments, se confrontant toutefois à des problématiques d’ordre mécanique : un vent perturbé par de fortes turbulences empêchant une production efficace d’électricité. Ce passif n’effraie pas la jeune pousse Wind my Roof, qui s’apprête à commercialiser ses premières éoliennes adaptées au milieu urbain

Une box de 4m2

La technologie de cette start-up francilienne, fondée en 2018 par Antoine Brichot et Yanis Maacha, deux ingénieurs de l’Ecole nationale des ponts, ne ressemble en rien à une éolienne classique. Ici, pas de mât, ni de grandes pales. La start-up a conçu une éolienne d’un nouveau genre, qui prend la forme…




Lire l’article au complet sur www.latribune.fr