WEB & TECH

Renault Zoe : l’électrique la plus vendue en Europe

VERDICT CHRONO

Si son style n’a évolué qu’à la marge, cette nouvelle Zoe n’a jamais été aussi séduisante. Désormais dotée d’un bonus de 7000 euros, elle peut en outre compter sur des performances, mais surtout sur un rayon d’action nettement revu à la hausse (jusqu’à 395 km sur cycle WLTP pour la R110). De quoi se repositionner dans une catégorie de nouvelles petites voitures électriques en pleine explosion. Elle se montre donc plus polyvalente, mais aussi encore plus facile à vivre au quotidien grâce à une suspension très confortable et une insonorisation renforcée. En revanche, pour qu’elle devienne une réelle alternative à un modèle hybride ou thermique, c’est-à-dire capable d’improviser de longs trajets sans contrainte de temps ou de destination, il faudrait que cette Zoe puisse se charger plus rapidement (50 kW au maximum ici… en option, à 1 000 euros). Cela lui permettrait d’accéder à un réseau de bornes plus puissantes (100, voire 150 kW) qui, il faut bien le dire, pèche encore par une densité et une fiabilité largement insuffisantes. En l’état, la Zoe reste donc une excellente seconde voiture.

LE PROJET

Renault Zoé 2 © Renault

Commercialisée depuis 2012, la Zoe est la star du marché automobile européen avec plus de 200 000 exemplaires écoulés sur le vieux continent dont plus de 37 000 sur le seul premier trimestre 2020. Mais la Zoe doit désormais compter avec sa meilleure rivale la Peugeot e-208 mais aussi et surtout sur l’offensive sans précédent du groupe VW qui, après les petites VW e-Up, Seat Mii et Skoda CITIGOe iV au positionnement prix particulièrement agressif s’apprête à lancer la très attendue ID.3.

Comme les versions précédentes, cette nouvelle Zoe est assemblée dans l’Ouest parisien dans l’usine Renault de Flins, à partir de liaisons au sol et d’un carter de batterie fabriqués au Mans, et de cellules de batterie (toujours fournies par LG Chem) venant de Pologne. La commercialisation de la Zoe ZE50 débutera en octobre.

LA TECHNIQUE

Renault Zoe © Renault
Renault Zoe © Renault

Renault présente cette nouvelle Zoe ZE50 comme la « troisième génération » de son modèle électrique. On aurait plutôt tendance à y voir un gros facelift puisque, face avant mise à part – un capot plus nervuré surmontant des projecteurs 100 % led et un logo agrandi pour caser la nouvelle prise CCS –, la carrosserie ne change pas, comme la plateforme dont les dimensions (empattement et voies) restent identiques. Le moteur électrique – toujours synchrone à rotors bobinés – évolue lui, puisqu’il est désormais décliné en deux niveaux de puissance 110 et 135 ch, tandis que la batterie a été complètement reconçue.

Renault Zoé 2 © Renault

Son architecture a notamment été revue pour installer des cellules plus hautes, ce qui permet un gain de 25 % en capacité de 41 à 52 kWh. Le refroidissement de la batterie se fait toujours par air et peut être épaulé par la climatisation. De même, le chauffage de l’habitacle est toujours assuré par une pompe à chaleur, qui présente un rendement nettement supérieur à un système classique à résistance. En effet, il produit en moyenne deux fois plus de calories pour la même puissance électrique consommée, d’où un impact réduit sur l’autonomie.

Renault Zoé 2 © Renault

L’autre évolution concerne le système de freinage, les tambours arrière du modèle précédent étant remplacés par des disques. Cette nouvelle Zoe étant environ 40 kg plus lourde que la précédente (+ 20 kg de 306 à 326 kg pour la batterie, + 20 kg pour le nouvel intérieur et principalement l’insonorisation avec un remplissage de la plupart des corps creux de la structure). Résultat de ce léger embonpoint, les liaisons au sol ont aussi fait l’objet d’une nouvelle mise au point.

LA VIE À BORD

Renault Zoé 2 © Renault

En fait, c’est en s’installant à bord que le changement par rapport au modèle précédent apparaît le plus spectaculaire. L’ensemble apparaît nettement plus cossu, avec une nouvelle planche de bord dont le dessin semble inspiré par celle de la Clio 5 ; et pour cause, la Zoe en reprend l’interface Easy Link à grand écran tactile positionné verticalement. Pour le reste, les limites du modèle originel demeurent avec une position de conduite à l’assise un peu haute, et au volant trop éloigné du siège.

À l’arrière, l’habitabilité apparaît aussi limitée, en largeur, mais aussi en garde au toit qui s’avère un peu juste pour les passagers de plus de 1,80 m. Des grands gabarits qui souffrent aussi lorsqu’ils sont installés sur la banquette dont la position est rehaussée en raison de la batterie qui se cache sous le plancher. Résultat : ils se retrouvent avec les genoux en hauteur dans une position qui pourra s’avérer fatigante sur long trajet. À 338 litres, le coffre est largement suffisant pour l’utilisation quotidienne à laquelle se destine la Zoe.

L’AVIS DU POINT AUTO

Renault Zoe © Renault

Vue du poste de conduite, la principale qualité d’une voiture électrique réside dans le sentiment de sérénité qu’elle procure. Pas de bruit – et même encore moins dans cette nouvelle Zoe que dans la précédente grâce à une insonorisation renforcée –, pas de pédale d’embrayage, pas de stress. Cette Zoe nouvelle génération y ajoute une suspension habilement calibrée pour une conduite détendue avec un amortissement relâché qui garantit un excellent niveau de confort dès les basses vitesses.

Et comme le centre de gravité est bas, ce choix ne pose pas de problème même lorsque le rythme augmente sur route sinueuse, où la Zoe se montre très facile et agréable à conduire grâce à un comportement très stable. Tout juste faut-il composer sur route avec une direction peu informative, et quelques contacts un peu plus rudes avec les butées de suspensions au passage de bosses abordées rapidement.

Renault Zoé 2 © Renault

Nouveauté pour cette ZE50, un levier de vitesses permettant de sélectionner un mode B (pour Brake) afin d’augmenter la régénération de la batterie, et donc le niveau de décélération lorsque l’on lève le pied de l’accélérateur. Certes, il ne s’agit pas d’un mode « One Pedal » permettant de décélérer jusqu’à l’arrêt sans appuyer sur la pédale de frein comme celui de la Nissan Leaf, mais il contribue néanmoins à rendre la Zoe encore plus facile à conduire.

Le niveau d’autonomie annoncé par Renault, 386 km pour notre modèle d’essai R135, apparaît réaliste compte tenu des consommations que nous avons relevées, de 12 kWh/100 km en mode Economy Run (un peu plus 400 km d’autonomie), à 20 kWh/100 km en conduite dynamique sur route (environ 250 km).

Renault Zoé 2 © Renault

Pour les automobilistes qui disposent au moins d’une prise de recharge à domicile, et d’une autre voiture dont le système de propulsion comporte encore un moteur thermique pour les trajets longs ou imprévus, la Zoe constitue donc un choix intéressant. Reste à essayer l’e-208, rivale directe de la Zoe mais légèrement plus habitable (sa batterie est creusée de caves à pieds pour les passagers arrière), plus rapidement rechargeable (jusqu’à 100 kW), et que Peugeot annonce légèrement plus performante pour un prix équivalent.

LES PLUS

Autonomie généreuse

Confort de suspension

Conduite plaisante et sereine

LES MOINS

Habitabilité arrière limitée

Charge rapide (50 kW) seulement en option (1 000 euros)

Charge super rapide (100 kW et plus) indisponible

Sous le capot de la Renault Zoe ZE50 R110 / R135

Moteur électrique synchrone à rotors bobinés
Puissance : 108 ch (80 kW) de 3 395 à 10 886 tr/min / 135 ch (100 kW) de 4 200 à 11 163 tr/min
Couple : 225 Nm de 500 à 3 395 tr/min / 245 Nm de 1 500 à 3 600 tr/min
Transmission : aux roues avant

Renault Zoe © Renault

Boîte : réducteur à rapport fixe
Dimensions (L/l/h) : 4 084 × 1 730 × 1 562 mm
Coffre : de 338 à 1 225 l
Poids : 1 502 kg (13,9 kg/ch / 11,1 kg/ch)
0-100 km/h : 11,4 s / 9,5 s
Vitesse : 135 km/h / 140 km/h
Capacité de batterie : 52 kWh
Autonomie officielle sur cycle WLTP : 395 km / 386 km
Autonomie en condition réelle : de 260 à 400 km
Émissions CO2 : 0 g

Temps de recharge

Prise domestique de 8A : plus de 30 heures

Renault Zoé 2 © Renault

Sur wallbox 7 kW : 9 h 25 (ou 300 km en 8 heures)
Sur borne 11 kW : 125 km en 2 heures
Sur borne triphasée 22 kW : 125 km en 1 heure
Sur borne en courant continu 50 kW : 150 km en 30 minutes

Prix : hors bonus à déduire (de 7 000 euros) mais incluant la batterie à 8 100 euros.

À partir de 32 000 euros pour R110 en finition LIFE / 34 600 euros pour R135 finition ZEN.

À partir de 169 euros/ mois sur 37 mois avec premier loyer de 8 000 euros pour la Zoe R110.


Lire l’article au complet sur www.lepoint.fr